Shelter From The Storm


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Décès de Suze Rotolo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vox populi
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 1943
Date d'inscription : 09/05/2009

MessageSujet: Décès de Suze Rotolo   Lun 28 Fév - 0:22

Triste Shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JeffreyLeePierre
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 2633
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Lun 28 Fév - 0:34

Petit hommage : http://www.fanpix.net/gallery/suze-rotolo-pictures.htm

Vous aviez lu son livre ?
J'avais un peu hésité, et puis non, je ne sais plus pourquoi.

EDIT-- Et là :

Suze Rotolo
Suze Rotolo Pictures

Ne serait-ce pas sa chère mère, à droite ?
Une femme admirable qui si l'on en croit Chronicles Vol. I voyait d'un sale oeil que sa fille se soit amourachée d'un sans le sou, vague gratouilleur de cabaret.
Et qui un jour que le Bob tentait d'affronter calmement la situation d'un "Je pense que vous êtes injuste avec moi" lui aurait répondu "Tu es gentil, quand je suis dans le coin, tu évites de penser" Laughing



Dernière édition par JeffreyLeePierre le Lun 28 Fév - 0:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sardequin
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 4205
Age : 58
Localisation : Venelles (Bouches du Rhône)
Date d'inscription : 19/06/2009

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Lun 28 Fév - 0:42

Et Dylan qui voit ses mais, ceux de sa génération, partir les uns après les autres ! Pas facile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://joseph-isola.info/
Baptiste
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 2500
Date d'inscription : 19/12/2006

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Lun 28 Fév - 11:45

Putain, c'est moche.

Je pensais que c'était le genre de nouvelle qui me ferait rien.
Et en fait, ça me fait quelque chose.

J'avais lu son bouquin.
Un peu chiant, pas fondamental, mais je elle parlait du Zim avec beaucoup de sincérité et de pudeur.

_________________
Sing along Bob
Sing, sing along Zimmerman
J'suis cow-boy à Paname
Mais c'est la faute à Dylan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kerozen
Only A Hobo
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 45
Localisation : Paris (face nord)
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Lun 28 Fév - 16:56

Baptiste a écrit:

Je pensais que c'était le genre de nouvelle qui me ferait rien.
Et en fait, ça me fait quelque chose.
idem.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odradek
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 8153
Date d'inscription : 16/04/2005

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Lun 28 Fév - 17:12

Crying or Very sad


http://www.youtube.com/watch?v=uqLP5omoL4w


_________________
Seul mon squelette reste optimiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sherpa
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 382
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Mar 1 Mar - 16:16

ben merde...
j'ai lu son livre et c'est vrai que certains passages sont un peu long mais dans l'ensemble j'ai bien aimé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deafbillieblackbell
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 1014
Age : 32
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Mar 1 Mar - 19:50

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 2500
Date d'inscription : 19/12/2006

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Mar 1 Mar - 23:28

Je te l'ai déjà dit mais je te le redis : j'adore ta vidéo, deafbillieblackbell.

Sinon, sur Expecting Rain, quelqu'un a posté une version de "Simple Twist Of Fate" datant de 81 où Dylan modifie un peu les paroles et chante...

"He walked along through the city blocks
All the time he remembered Suze, the way she talked"


Mignon, non ?

http://rapidshare.com/files/450406376/Simple_Twist_of_Fate__June_30__1981_London_.mp3


_________________
Sing along Bob
Sing, sing along Zimmerman
J'suis cow-boy à Paname
Mais c'est la faute à Dylan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deafbillieblackbell
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 1014
Age : 32
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Mer 2 Mar - 0:35

Ah oui j'ai vu ça sur Expecting Rain.
Je me demande si Suze suivait un peu la carrière de Bob.
Alleait elle parfois à ses concerts?Se sont ils au moins revu depuis les 60s?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odradek
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 8153
Date d'inscription : 16/04/2005

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Jeu 3 Mar - 22:44

En tout cas, Dylan ne va plus chanter Boots of Spanish Leather de la même façon, si du moins il en a la force... Neutral

_________________
Seul mon squelette reste optimiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deafbillieblackbell
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 1014
Age : 32
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Sam 5 Mar - 3:27

Voici une interview radio de Suze Rotolo, enregistrée en 2007 et rediffusée il y a quelques jours: http://www.npr.org/2011/03/01/134158270/remembering-suze-rotolo-dylans-freewheeling-muse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kerozen
Only A Hobo
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 45
Localisation : Paris (face nord)
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Lun 7 Mar - 17:03

deafbillieblackbell a écrit:
Voici une interview radio de Suze Rotolo, enregistrée en 2007 et rediffusée il y a quelques jours: http://www.npr.org/2011/03/01/134158270/remembering-suze-rotolo-dylans-freewheeling-muse

Merci beaucoup pour ce doc. Je l'ai traduit ci dessous pour ceux que ca interesse. Les questions de la journaliste, Terry Gross, sont un peu... "France dimanche" ,mais la voix de Rotolo est touchante et ses réponses simples et sincére. Je me suis permis de faire 1 ou 2 commentaires entre parenthése..

Citation :
Intro :
Suze rotolo a eu une vie assez discrete en tant qu'artiste, femme mariée, et mére, mais s'il y a une chose pour laquelle elle fut celebre c'est bien pour le mystere et les speculations qu'elle a fait naitre.Elle apparu sur une photo avec Bob Dylan, la pochette de son celebre album de 1963 "TFBD". Cet album incluait des chansons telle que "Blowin'in the wind","hard rain gonna fall" ou don't Think twice. Suze est morte Vendredi d'un cancer du Poumon à l'age de 67 ans.
"extrait de Blowin"
La photo de la pochette de Freewheelin montre Dylan et Suze Rotolo marchant main dans la main dans les rues de Greenwich village. Ils se sont rencontrés quand elle avait 17 ans, il en avait 20. Il restèrent en couple pendant prés de 4ans. Elle emménagea à Greenwich Village après avoir terminée le lycée dans le Queens, Dylan arriva peu aprés. A cette epoque Greenwich etait l'epicentre de la scene folk urbaine. Rotolo était une artiste. Elle donnait des cours à la Parsons School of Design (l’equivalent de l’ecole Boule en France). Elle vivait toujours a Grenwich avec son mari. J’ai parlé avec elle en 2008 après la sortie de ses mémoires « A Freewheelin Time : a memoir of Grenwich Village in the sixties ».
Terry Gross - Dans son autobiographie, « chroniques Vol.1 » , Dylan parle de vous deux a la fin du livre et je voulais vous lire ce qu’il dit a propos de vous : (Lecture Extraite de la page 280 de l’edition française de Chronicles ou Dylan raconte sa rencontre avec Suze en terme très romantique)
Puis il vous compare à un Rodin vivant. (Gloussement géné de Suze)et il ajoute : c’était une héroïne libertine exactement mon type Qu’est ce que cette description vous inspire. Vous vous reconnaissez dans cette description ?

Suze Rotolo – Je trouve ca merveilleux et généreux. C’est une très jolie chose qu’il a ecrite. Et il capture ce que c’est qu’etre jeune, de rencontrer quelqu’un, et d’etre submergé par les sentiments. En fait il décrit bien ce qu’est l’amour.
TG -Tout le monde sait aujourd’hui que Bob Dylan ets né Robert Zimmerman et qu’il a grandit au Minnesota. Que vous a-t-il dit au sujet de son passé quand vous l’avez rencontré ?
SR - A cette époque des gens du monde entier venait vers le village pour se trouver ou se perdre. On vivait totalement au présent. Je ne pense pas qu’aucun d’entre nous n’ai jamais parlé de la d’où il venait, de ce que faisait ses parents. Mais il y avait des rumeurs que ce n’était pas son nom par ce qu’il fallait avoir une « Carte de Cabaret »(une sorte de licence qui permettait de jouer je suppose)et pour cela il fallait montrer des documents officiels. Donc des rumeurs ont commencé à circuler sur le fait que ce n’était pas son vrai nom. Je pense que pas mal de monde suspectait que ce n’était pas son nom mais ca ne faisait aucune différence. Mais pour moi, une fois que l’on a vécu ensemble, que l’on était un couple, j’ai été bléssé qu’il ne me l’ai pas dit. Aux autres je m’en foutais.
TG - Et comment avez-vous découvert qu’il s’appelait Zimmerman ?
SR - On rentrait a la maison, on habitait ensemble sur la 4eme rue, on rentrait dans la soirée, et il était un peu pompette, il a fouillé dans son pantalon et quelque chose est tombé sur le sol. Et j’ai vu sa Draft Card (sorte de carte d’identité de recensement utilisé aux US jusque dans les années 70), on avait des Draft Card à cette époque, et j’ai vu son nom. Et j’étais vraiment… Je vous l’ai dit, blessé qu’il ne me m’ai jamais dit son vrai nom. Qu’il ne le dise a personne c’est une chose, mais a moi il aurait plus le dire!
TG - Il a dit qu’il ne voulait pas trop s’étendre lui ou sa famille et vous et ca vous convenait. Mais vous etiez du Queens dans l’etat de NY et vos parents étaient tout les deux communistes. Vous avez aussi grandit dans le secret puisque vous avez grandit en pleine ére McCarthy.
SR- Oui tout a fait !
TG -Vous ne deviez pas être très a l’aise pour parler de vos parents communistes ?
SR - Non ! j’ai du attendre 1989 pour être a l’aise avec ça ! Ca peux vous donner une idée d’a quel point le secret était important et c’est pourquoi je peux comprendre que les gens ne parlait pas de leur histoire personnelle. On ne criait pas sur les toits que ses parents étaient communistes parce que l’ere McCarthy avait laissé une empreinte profonde durant les sixties et je suis sure que dans cette communauté folk beaucoup d’autres avait des parents communistes mais on ne cherchait même pas a s’identifier entre nous, c’était une chose secrète.
TG - Parlons un peu de la pochette, cette fameuse pochette de « Freewheelin… », cettepochette surlaquelle vous marchez avec lui dans une rue couverte de neige. Il a ses mains dans ses poches et les épaules relevé a cause du froid, et vous avez le bras enroulé autour de son bras, vous portez un trench coat vert serré à la ceinture et des bottes mi-cuisse. Vous semblez très complice. C’est une image très romantique. Comment on se retrouve dans les bras de Dylan sur cette pochette, qu’est ce que ca fait d’etre a votre place ? Racontez nous comment cette pochette est née…
SR – Tout ca est accidentel. L’appartement était minuscule et le photographe est venu avec ce type de la com. de chez Columbia. Au départ ils ont essayé de faire des photos dans l’appartement de Bob : « assis toi la… prend ta guitare… pose la…chante quelque chose… » et puis ils ont dit, Don Hunstein's (le photographe) m’à dit, viens, on va prendre d’autres photos, alors je l’ai fait, et ils ont pris d’autres photos, puis ils ont dit « allons dehors », c’était très relax, pas préparé du tout. Il gelait dehors et ils ont proposé a Bob de prendre son petit blouson en daim très léger pas du tout adéquat pour une froide journée d’hiver a New York. Moi j’avais superposé 2 pulls le dernier étant un gros col roulé parce qu’il faisait froid dans l’appartement. Chaque fois que je vois cette photo je me sens comme une « Italian Sausage »(litteralement : « saucice Italienne » sorte de chipolata americaine)tellement j’avais de couches! Il était gelé et je me gelais malgré mes vêtements. Il faisait vraiment froid ce jour là.
TR - Peu importe qu’il se soit gelé avec son blouson de daim parce qu’il à un super look !
SR – Oui !
TR - Même s’il avait vraiment froid… Comment cette pochette d’album a changé votre vie ?
SR - Je n’avais pas la moindre idée de l’énorme impact qu’aurait cette photo. C’est devenu quelque chose qui « m’identifiait » mais qui n’était pas mon « identité ». C’est devenu quelque chose de totalement a part de ce que je sais que je suis profondément. Ca peut vous sembler dur… La pochette est formidable et très inhabituelle pour l’époque. La première fois que je l’ai vu, il devait jouer a Carnagie Hall je pense… ou a Town Hall et la pochette était affiché a l’extérieur de la, un tirage immense en noir et blanc, et ca m’a vraiment fait bizarre. J’ai été vraiment mal à l’aise elle était partout sur la 57th rue (Carnegie Hall se trouve à l’angle de la 7eme avenue et de la 57eme rue).Si immense ! Et plus l’album à été connu, plus il est devenu ce qu’il est, un album culte, plus je me suis détaché de lui et je l’ai regardé pour ce qu’il était. Mais ca été un sentiment très complexe pendant des années.
TG- Je pense que l’un des problèmes majeur pour une jeune femme qui tombe amoureuse d’un homme plus vieux, même si c’est de peu, qui plus est d’un homme qui va devenir très connu, c’est le risque que ca devienne une relation a un mentor ou bien que la femme deviennent une sorte d’élève regardant d’en bas l’homme qui lui apprend tout ce qu’il sait. Une position qui peut devenir plus difficile à gérer qu’une relation d’égal à égal. Mais quand vous avez rencontré Dylan vous aviez beaucoup à apprendre l’un de l’autre. Vous rencontriez un musicien et vous aviez à beaucoup apprendre de cela, mais il était particulièrement intéressé par votre monde, vous militiez pour « Mouvement des droit civiques », vous travailliez dans un théâtre d’avant-garde, Il a découvert la musique de Kurt Weill et Bertold Brecht puisque vous travailliez sur une pièce de Brecht et il a écrit dans ses mémoires a quel point cela l’a transformé d’être confronté a cette musique, vous lui avez fait découvrir l’art puisque vous étiez vous-même une artiste… J’aimerai comprendre ça, comment vous êtes nourris l’un l’autre ?
SZ – C’est gentil ! Nous étions très curieux, tout les deux passionnés de poésie et nous avons alimenté notre curiosité réciproquement. C’est aussi parce que j’étais de New-York et qu’il était de Hibbing dans le Minessota et il est certain qu’a New-York tu es plus à même d’apprendre un tas de chose. Ca vient aussi du fait que ma famille n’était pas très riche mais très cultivé, une culture très large à cause des livres. Nous n’avions pas la télé mais la maison était pleine de livres et de disques, on écoutait la radio ce qui nous à permis d’entendre de la musique de toute sorte même de la très ancienne. Ma mére adorait, Bessie Smith, Billie Holiday et Edith Piaf (il y a la une coupure de montage alors qu’elle commence a parler de son père) Et on avait beaucoup de disque classique. C’était très riche et quand tu grandis la dedans tu voudrais que tout le monde connaisse tout ça. Mais c’est différent l’entendre ,d’y être confronté et de pouvoir l’écouter . Bob avait entendu cette musique et il savait que c’est ce qui lui fallait explorer. Mais c’était difficile de se la procurer à l’époque et de trouver les gens… Il y a cette histoire de quand il était au Minnesota et qu’il a volé les disques de quelqu’un pour en apprendre la musique. Ce qui prouve qu’il avait du mal à se procurer ce genre de choses et je lui ai amené.
TR - Vous êtes partis pour Pérouse en Italie. Vous deviez partir juste après le Lycée mais a cause d’un accident de voiture, vous avez annulé, et vous êtes venu à Greenwich Village ou vous avez rencontrez Dylan et tout ce qui s’ensuit… Mais l’opportunité vous est à nouveau proposée par votre mére. Donc vous partez pour Perouse ce qui est une décision difficile pour vous. Quel a été sa réaction quand vous lui avez dit que vous partiez ?
SR – Il ne voulait pas que je parte mais en même temps il ne voulait pas me mettre la pression. Il me disait « ne part pas » mais il ne voulait pas influer sur ma décision. Donc ca été difficile pour moi, je ne savais pas si je devais ou pas parler de mon départ eventuel. C’était difficile.

TR - La chanson « Boots of Spanish Leather » parle de votre départ pour l’Italie ?
SR - Dans la plus part des chansons qu’il a ecrite il est impossible de dire « ca parle de moi »… mais cette chanson est un bon exemple de fiction basée sur une expérience vécue.
TR - L’expérience vécue du manque de vous ?
SR- Oui… C’est un bon exemple de comment il pouvait traduire une expérience de vie même difficile en art pour atteindre son but, la musique qu’il faisait, l’art qu’il fabriquait.
TR - Donc la partie de fiction est que vous n’etiez pas en Espagne mais en Italie. Vous a-t-il jamais demandé de lui ramener des boots en cuir espagnol ? (au secours la question…)
SR- Non… Cependant j’ai une paire de boot en cuir espagnol !
TR - Après huit mois a Perouse vous etes revenu a Greenwich Village et là vous apprenez que pendant votre absence il a souffert « en public ». Il ne veux même pas vous voir à votre retour. Beaucoup de monde vous accuse d’avoir été froide et indifférente envers quelqu’un qui vous aimait. Des folksingers chantent des chansons que Dylan a ecrite sur sa peine de cœur ou des ballades montrant du doigt sa cruelle amoureuse alors que vous êtes dans la salle. Vous avez dit : « Tout de ce que Bob m’a écris , chacun de ses coup de fil a été lu sur la scène d’un théatre face au public » qu’entendez vous par la ?
SR- J’ai toujours été timide. Alors j’avais cette relation que je vivais en quelque sorte en public c’était … Horrible. C’était terrible. J’étais très discrète, pas du genre à crier sur les toits et pourtant tout le monde semblait savoir a quel point je le faisais souffrir. Il balançait ça en public ! Mais je savais que c’était sa façon de fonctionner, d’avancer, une part de son travail artistique et dans le même temps je me sentais tellement exposé, c’était affreux.
TR - Vous etes revenu a Greenwich Village et vous vous êtes remis ensemble mais vous avez quitté a nouveau l’appartement. Quel fut le point de rupture pour vous ?
SR -C’était tout cette… difficulté qui est venu avec la célébrité. Il y avait tellement de pression. J’ai juste senti que je n’avais a présent plus ma place dans son monde, sa musique, sa célébrité. Je me sentais de moins en moins rassuré. J’étais juste une corde supplémentaire sur sa guitare, juste sa copine et je perdais confiance en qui j’étais et que j’avais retrouvé en Italie. J’avais mon libre-arbitre pour construire ma vie. Et bien sur plus il devenait célèbre et plus il avait de pression et bien sur plus des filles lui tournait autour. C’est devenu un truc dans lequel je n’étais plus impliqué. Un petit monde etroit ou je n’avais plus ma place.
TC _Vous etes marié et vous avez… 1 enfant ?
SR – Oui..
TC- Votre mari est italien vous l’avez rencontré a Perouse ?(la on touche un peu le fond)
SR -Oui on s’est croisé il y a longtemps puis on s’est retrouvé des années après. C’est amusant. Oui on s’est rencontré à nouveau des années plus tard.
TC -Les gens vous reconnaissent comme etant la fille de « Freewheelin » ?
SR- Je n’ai absolument pas changé !
TC- Moi non plus ! (lol et relol…) je voulais dire cela arrive t’il qu’on vous reconnaisse ?
SR- Pour ceux pour qui connaissent ces choses oui, mais sinon non. C’est une drole de reconnaissance avec des gens qui sont des … « archivistes Dylanien » qui peuvent reconnaitre le nom. Mais pas tout le monde ne le connait. Donc c’est plutôt drôle. Parfois je suis surprise que l’on me reconnaisse.
TC -Il me reste a vous remercier d’avoir parlé avec nous.
SR- Ca à été un plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 2500
Date d'inscription : 19/12/2006

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Lun 7 Mar - 19:46

Attention, on risque d'y prendre goût à tes traductions Very Happy
Merci pour le boulot.
Grosso modo, elle répète ce qu'elle raconte dans le son bouquin.
Et c'est vrai que sur la fin, le journaliste fait pas dans la légèreté...

_________________
Sing along Bob
Sing, sing along Zimmerman
J'suis cow-boy à Paname
Mais c'est la faute à Dylan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deafbillieblackbell
This Land Is Your Land
avatar

Nombre de messages : 1014
Age : 32
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Lun 7 Mar - 20:31

Bonne initiative que cette traduction (à la radio ils mettent jamais les sous titres, je ne sais pas pourquoi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Braque
People Get Ready!
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Poitou-Charentes
Date d'inscription : 27/03/2009

MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   Sam 12 Mar - 16:55

deafbillieblackbell a écrit:
Bonne initiative que cette traduction (à la radio ils mettent jamais les sous titres, je ne sais pas pourquoi)

Faut un deuxième poste, français. Sinon, merci pour les liens. Je n'ai jamais pu voir cette pochette sans avoir froid. Quand je pense que j'avais la même veste, trouvée aux Puces, juste un an après la photo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Décès de Suze Rotolo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Décès de Suze Rotolo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décès de Suze Rotolo
» Décès de Franz Mack
» Décès d'Ike Turner
» Décès d'un jeune homme de 22 ans à Rahier (Stavelot)
» Décès de Sean Costello

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shelter From The Storm :: Généralités :: L'ACTUALITE-
Sauter vers: